La stratégie de l’alliance pour les voitures électriques

004-620x361

L’Alliance est convaincue que plusieurs facteurs – sociaux, politiques, financiers, techniques et démographiques – sont en train de converger pour créer un contexte favorable à la mobilité zéro émission.

Le contexte environnemental

Dans le monde entier, les pays concentrent leur attention sur les questions du développement durable et du réchauffement climatique. Il existe une demande croissante de solutions automobiles qui limitent ou éliminent les émissions de gaz à effet de serre. Cette prise de conscience du public est renforcée par l’accès via internet aux informations provenant des médias et de la communauté scientifique. Par exemple, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a publié des directives qui recommandent une réduction de 50 % à 85 % des émissions de CO2 d’ici 2050 (par rapport au niveau de 2001) pour limiter à 2°C la progression du réchauffement climatique mondial. Le coût des carburants pétroliers est très fluctuant. A ceci s’ajoutent des réserves de pétrole à long terme menacées et des débats politiques portant sur l’indépendance énergétique des états.

Le contexte fiscal

Les législateurs multiplient les réglementations ayant des objectifs environnementaux. Par exemple, une zone à faibles émissions polluantes a été créée dans le Grand Londres et impose des normes d’émission strictes à certains véhicules à moteur diesel. La Commission Européenne imposera des pénalités financières en 2012 aux entreprises lorsque leurs flottes de véhicules émettront en moyenne plus de 130 grammes de CO2 par kilomètre parcouru. Le Congrès américain a proposé un texte qui exige des constructeurs automobiles qu’ils parviennent à une consommation moyenne du parc automobile de 35 miles par gallon (6,72 litres pour 100 km) en 2020.

Les avancées technologiques des batteries

Grâce au progrès technologiques, les batteries sont plus petites, plus puissantes et dotées d’une plus grande capacité de stockage que celles des générations précédentes. En 2007, la population urbaine mondiale a dépassé la population rurale pour la première fois. Les véhicules électriques semblent donc constituer une bonne réponse aux besoins de mobilité des conducteurs, dont les trajets n’excèdent pas 160 kilomètres par jours.

La voiture électrique peut contribuer à l’atteinte d’un équilibre entre la demande croissante de véhicules et la nécessité d’une planète préservée. Les véhicules zéro émission² se justifient donc largement du point de vue écologique et économique.

 

>

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.