PSA rachète Opel, il devient le deuxième constructeur Européen.

PSA et General Motors ont annoncé ce jour un accord sur le rachat par le groupe automobile PSA de la filiale Opel-Vauxhall.

Une transaction d’1,8 milliard d’euros au total. Le rachat des marques Opel et Vauxhall, qu’il espère faire revenir dans le vert d’ici à 2020, PSA (marques Peugeot, Citroën et DS) va reprendre conjointement avec la banque française BNP Paribas la filiale financière de GM Europe pour 900 millions d’euros, selon le communiqué. Une opération qui permet à PSA de devenir le deuxième constructeur automobile d’Europe, derrière Volkswagen mais devant Renault.

La division européenne de GM est en déficit , ayant encore perdu 242 millions d’euros l’année dernière. La facture s’élève à 14 milliards d’euros en seize ans pour le constructeur de Detroit.

PSA vise de son côté un retour la rentabilité d’Opel et de Vauxhall dans les trois prochaines années, espérant pour les marques acquises « une marge opérationnelle courante de 2 % d’ici à 2020 et 6 % d’ici à 2026 ».

Il n’y a pas beaucoup de constructeurs de la taille d’Opel à vendre, donc Peugeot n’avait pas trop le choix d’autant plus que les deux groupes se connaissent déjà, puisqu’ils avaient déjà prévu de fabriquer des Opel dans les usines françaises (et inversement). Le groupe a promis qu’il ne fermerait aucun site d’Opel. Mais il n’a pas précisé jusqu’à quand.

Côté retraites, « tous les régimes de retraite européens et du Royaume-Uni, financés et non financés, d’Opel et Vauxhall, à l’exception de l’Actives Plan allemand et de certains petits régimes de retraite, seront maintenus auprès de GM », a précisé PSA. En outre, « les obligations relevant de l’Actives Plan allemand et de ces petits régimes de retraite d’Opel/Vauxhall seront transférées à PSA. GM versera à PSA 3 milliards d’euros pour le règlement complet des pensions transférées ».

Un défis qui reste de taille pour les deux constructeurs .

Laisser un commentaire